Les essais bébé, les montagnes russes de l'émotion

by - octobre 22, 2021

Si tu as loupé la nouvelle sur Instagram, je suis enceinte ! J'ai moi-même du mal à y croire en écrivant ces lignes. Ce blog étant comme un journal pour moi, il était évident que j'allais vous en parler. J'attendais juste le bon moment et surtout, que tous mes proches soient informés avant.

Avant de te parler de mon premier trimestre, je voulais revenir sur cette attente interminable qu'est la préconception et comment je l'ai vécue. Si tu es actuellement en essai bébé, tu te reconnaîtras peut-être dans mon récit et je te souhaite de tout coeur d'avoir ton + bientôt d'une manière ou d'une autre.

Agathe Diary : je suis enceinte ! La période de préconception.


La période de préconception : espoir, déception, obsession

Quand on se lance dans les essais bébé, on est soit pleine d'espoir (ça va aller vite), soit pessimiste (est-ce que ça va marcher ?), soit réaliste (ça va marcher, mais je sais que ça peut prendre plusieurs mois). Parfois, on passe par tous les stades sur un seul cycle, voire une seule journée.

Que dit le corps médical ? En moyenne, il faut 9 mois pour un couple avant de réussir à procréer. Sur chaque cycle, il y a seulement 25% de chance que l'ovule soit fécondé. Quand on lit ça, on se dit "Wow, et on m'a fait flipper tout ce temps avec la contraception ?". Oui, mais attention, la contraception reste importante, car toutes les femmes ne sont pas égales sur ce sujet, et certaines tombent enceinte dès le premier essai (et même parfois sous contraception, mais c'est un autre sujet). L'important, c'est de trouver une contraception avec laquelle vous êtes à l'aise.

Préparer le terrain

Bref, je suis quelqu'un qui s'informe énormément sur un sujet quand celui-ci m'intéresse ou me concerne directement. Ainsi, je m'étais renseignée sur "Comment bien préparer une grossesse" et notamment comment préparer le corps à une grossesse et les bons gestes à connaître. Ça vient sûrement de mon côté "stressée de la vie" et super organisée, mais j'ai besoin de savoir tous les tenants et les aboutissants de quelque chose avant de le faire, ça me rassure. Je dois bien avouer que malgré ce travail en amont, je pense qu'on est jamais prête à anticiper ce qu'on va vivre. Cela dépend bien sûr des caractères de chacun. Dans mon cas par exemple, je pensais que j'arriverai à être très détachée et au final, je me suis laissée emporter par mes doutes. Il ne faut pas oublier que c'est bien un aspect de notre vie qu'on ne peut pas contrôler.

À travers mes recherches, j'ai pu voir qu'il était conseillé de réaliser un rendez-vous préconceptionnel avec un gynéco ou une sage-femme (voire même un médecin généraliste) pour "préparer le terrain" en quelque sorte. J'ai donc pris rendez-vous avec une sage-femme (car après 3 expériences gynéco qui ne m'ont pas du tout plu, j'en avais assez). Ce rendez-vous est très simple, mais permet de partir sur une bonne base pour des essais bébé.

Le but, c'est de réaliser un bilan niveau santé. Un examen gyneco, un frottis et une palpation mammaire sont pratiqués pour vérifier que tout va bien, et surtout, on vous prescrit des vitamines de grossesse avec de l'acide folique pour créer des réserves dans le corps. L'acide folique (vitamine B9) joue un rôle primordial dans le tout premier stade de développement de l'embryon en réduisant le risque de malformation du tube neural, comme le spina bifida et les risques de très graves malformations comme l’anencéphalie (malformations du cerveau et du crâne). Enfin, il assure une bonne croissance du foetus durant le premier trimestre. Bref, c'est un bon allié ! On recommande généralement de le prendre 3 mois avant de commencer une grossesse (bon bien sûr, personne ne sait quand on va tomber enceinte, car les vitamines n'aident pas à tomber enceinte, je tiens à le souligner). Puis la sage-femme nous dit de revenir la voir dans un an si pas de bébé en vue. 1 an ? Sérieusement ? Ça me paraît tellement long.

Me voilà donc prête avec mes vitamines prénatales a commencé la grande aventure des essais bébé. Et là, eh bien vous êtes un peu dans l'inconnu.

OK, on sait toutes comment sont faits les bébés hein, mais connaissez-vous votre cycle parfaitement ? Voilà le premier casse-tête. Nous n'avons pas toutes des cycles de 28 jours, j'ai d'ailleurs l'impression que c'est assez rare en fait. Et si on a pas de cycle de 28 jours, on ovule donc pas à J14 comme on nous le rabâche tout le temps (et d'ailleurs on peut avoir des cycles de 28j sans ovuler à J14, mais à J20 par exemple, et dans ce cas, la phase lutéale est plus courte, bref). 
La première chose à faire était donc de connaître mes cycles, parce que c'est bien beau le "faites-le un jour sur deux et ça devrait fonctionner". Moui, bien sûr... 

La courbe de température

En premier, j'ai commencé une courbe de température grâce à mon application (Flo ou Femometer). Je notais ma température tous les matins au réveil. Ayant des cycles irréguliers, ça me permettait au moins de repérer mes deux phases de cycle (la phase folliculaire et la phase lutéale). Il faut savoir que la température du corps augmente après l'ovulation suite à la production de progestérone. C'est donc généralement un signe que vous avez déjà ovulé et que vous entrez en deuxième phase de cycle. Cette courbe m'a permise de me rassurer et de voir notamment que j'ovulais (en tout cas, c'est ce que le graphique indiquait). J'ai également pu remarquer sur ma phase lutéale durait toujours 14j et que donc c'était la phase folliculaire qui posait souci dans mes cycles (les ovaires fainéants, tu te rappelles ?).

Je suivais déjà mes cycles depuis l'arrêt de ma pilule en 2019, donc j'avais déjà plus ou moins repéré ma phase lutéale, notamment grâce au fameux SPM (syndrome prémenstruel). Pour être honnête, comme mes cycles étaient irréguliers et parfois assez longs, j'étais persuadée que j'avais un problème. Bizarrement ces quelques mois m'ont permise de comprendre que tout allait bien, mais qu'effectivement, mes ovaires mettaient parfois un peu de temps à libérer un ovule.

Les tests d'ovulation Femometer avec l'application pour le suivi.

Les tests d'ovulation

Suite à mes courbes de températures et parce que je ne voyais pas de + sur mes tests de grossesses, j'ai décidé de commander des tests d'ovulation sur Amazon. J'ai pris les Femometer et je te les recommande si jamais tu souhaites essayer. Par contre, prends-les sur Aliexpress, ils sont bien moins chers ! 
Le but de ces tests, c'est de repérer l'ovulation. Plus la deuxième barre fonce, plus l'hormone LH de ton corps augmente et te rapproche de la libération de l'ovule. Quand la barre test est plus foncée que la barre témoin, le pic de LH est atteint et un ovule devrait être libéré dans les 12 à 24h. Ça te permet de cibler précisément sur une période de 72h. Ces tests m'ont aussi rassurée, car ça me confirmait bien une ovulation à chaque cycle.

Puis, le soucis n'était plus de savoir si j'ovulais ou pas, c'était "Mais pourquoi ça ne fonctionne pas ?". Et si on avait vraiment un problème ? Comment raccourcir mes cycles ?

Les vitamines de grossesse Gestarelle 3G+ et l'huile d'onagre pour la fertilité.


L'huile d'onagre

Je continue donc mes recherches et je tombe sur des forums où on parle d'huile d'onagre pour aider à la fertilité. L'huile d'onagre donne un petit coup de boost en équilibrant les hormones et en aidant un peu les ovaires. Elle favorise aussi une bonne glaire cervicale (pas très glam, mais c'est très utile dans ce cas). C'est bien si tu souhaites avoir un bébé, mais également si tu souhaites simplement réguler tes cycles.

Je me la procure en parapharmacie et je commence le traitement : 1500mg par jour (soit trois gélules dans mon cas matin, midi, soir) du premier jour des règles jusqu'à l'ovulation. Surtout, on arrête après l'ovulation, car ça peut déclencher des petites contractions utérines et donc empêcher une bonne nidation d'embryon.

Nous sommes en avril quand je commence l'huile d'onagre et nous avons commencé les essais officiels en décembre. Durant ce laps de temps, je n'ai eu que 3 cycles (durée moyenne 42 jours). Sur ce cycle d'avril, je prends l'huile d'onagre durant toute la durée du cycle, car je veux surtout voir si ça aide à raccourcir mon cycle. C'est donc un cycle "blanc" dans les essais bébé, mais un cycle de 32 jours ! WOW ! 32 jours ! Ça me redonne espoir.

Pendant ce temps, je continue les tests d'ovulation et la courbe de température. Chaque fin de cycle, le test négatif est un coup dur, surtout après des cycles aussi longs. Ça me semble interminable et inatteignable. Je deviens obsédée par cette histoire de bébé, par les tests, par les chiffres, par les courbes. Le moindre ressenti différent d'un cycle à l'autre me fait penser que je suis enceinte. J'ai envie de tester, c'est trop tôt encore. Mais je le fais quand même et forcément c'est négatif, à chaque fois. Et je finis par m'en vouloir d'être aussi impatiente.
La pression de l'entourage et parfois des réseaux sociaux, qui je sais, n'est pas malveillante, enfonce toujours plus le clou. Je comprends la curiosité, j'ai moi-même eu posé la question parfois, sans comprendre le véritable enjeu derrière ces petits mots semblant si innocents. Mais on ne sait pas ce qui se passe dans le couple à qui on demande. Et même s'ils ont déjà eu un enfant, on ne dit pas "À quand le petit deuxième ?". Ce n'est pas parce qu'il y a déjà eu un enfant que le couple ne peut pas rencontrer de difficulté pour le deuxième (et peut-être qu'il ne veut pas de deuxième). Bref, la prochaine fois que la question vous brûle les lèvres, imaginez qu'on vous pose à VOUS la question et comment ça vous fait vous sentir. Dans tous les cas, s'il doit y avoir une jolie nouvelle, vous serez informés en temps et en heure par les concernés. En attendant, laissez-les faire leur vie et s'ils veulent parler de désir d'enfant ou non, ils le feront d'eux-mêmes. Bref.

En mai, j'entame mon premier vrai cycle sous huile d'onagre. J'ai un bon pressentiment, j'y crois. Test négatif. J'en ai marre, j'arrête tout. J'ai plus envie de me prendre la tête, de faire attention. Alors en juin, je prends vitamines et huile d'onagre parce que je sais que ça aide mes cycles, mais je ne suis pas régulière. Une sorte de "je m'en foutisme" s'empare de moi. Je bois de l'alcool en soirée (un peu trop parfois), je me fais vaccinée (moi qui avait un peu peur avant) et je me sors un peu ça de la tête. Je repère quand même quand je vais ovuler, car je finis par connaître mon corps même sans tests, mais je ne me mets pas la pression. Et puis, je lance à Grégoire "Ce serait quand même con de tomber enceinte entre les deux doses sur un mois où j'ai fait aucun effort"... Tu vois le truc venir ?

Je tiens juste à préciser que malgré ces prises de tête concernant mes cycles, il n'y a jamais eu de calcul au niveau des TP (comme disent les filles sur les forums. Traduction : travaux pratiques). Surtout s'il y a bien un truc sur lequel je ne voulais pas me prendre la tête, c'était ça !

Le fameux +

Début juillet, le doute commence à envahir mon cerveau. Je ne m'en fous plus. Je dois savoir. Et si ça avait marché ?
Je fais un test. C'est pas une deuxième barre ça ? Non, mes yeux me jouent des tours. Non, non y a une barre ! Ok, elle est pas franche du tout, il faut limite plisser les yeux, mais elle est là, non ?

Je garde mon test avec moi et j'attends midi que Grégoire rentre du boulot. J'arrive pas à me concentrer, j'arrête pas de loucher sur ce test. Quand Greg arrive, je lui saute dessus. "Tu vois quoi toi ?" - Il était clairement pas convaincu, mais au fond de moi, je le savais, j'étais enceinte. Je file faire un deuxième test, et là, une barre bien plus prononcée que celle du matin. Je redescends toute fière. "Me dis pas que tu la vois pas !". Il n'est toujours pas franchement convaincu et ça m'agace un peu.

Je suis censé avoir mes règles le dimanche, nous sommes le vendredi. "Si j'ai pas mes règles lundi, j'irai faire une prise de sang mardi au labo en allant au boulot". 3 jours à attendre. 3 jours où on a enchainé les repas entre amis et famille prévus depuis un moment. 3 jours où je me dis que je fais attention, car on ne sait jamais. 3 jours à ne pas boire d'alcool en présence de témoins. C'est long... Très long. Et la fameuse question ne tarde pas à tomber : "Agathe, elle est enceinte ? Elle boit pas d'alcool aujourd'hui pour le repas". Non, non, elle est un peu malade, c'est tout. Mouais, personne n'y a cru, t'imagine bien. Pour la surprise c'est raté, mais j'ai fait comme si de rien n'était.

Arrive le mardi, toujours pas de règles. Je vais au labo faire ma prise de sang. Ma sage-femme m'avait prescrit une ordonnance en décembre pour le jour où j'en aurai besoin. Le stress monte, et je me sens nauséeuse. Quoi des nausées ? Déjà ? L'attente est interminable jusqu'aux résultats. Je n'arrête pas de rafraichir ma boite mail.

16h - les résultats tombent.

276ui.

Conclusion : positive.

Bordel, je suis enceinte ! Je suis vraiment enceinte ! Mon corps a réussi, mes ovaires ont réussi, mon utérus a réussi ! 


JE SUIS ENCEINTE 
et c'est le début d'une nouvelle aventure faite de doute, de peur, de joie, d'amour et d'inconnu.


Je tiens à terminer cet article en précisant que nous avons vraiment eu de la chance avec Grégoire, car au final, c'est allé assez vite. J'ai une pensée particulière pour toutes ces femmes que j'ai pu croiser sur des forums, qui attendent encore un positif après plus d'un an, celles qui sont entrées en parcours PMA et celles qui ont eu le malheur de vivre une fausse couche. De lire ces témoignages lorsque j'étais moi-même en détresse m'a aidée à relativiser (même si parfois, ça peut aussi donner l'effet inverse et on s'inquiète plus qu'on ne devrait).

Je me souviens de la joie éprouvée pour celles qui avaient enfin ce fameux sésame, un test positif et la peine immense quand l'aventure s'arrêtait pour d'autres. Je garde en mémoire leur courage de continuer malgré tout pour un jour tenir leur bébé dans leurs bras. Nous avons eu de la chance et j'en suis plus que consciente aujourd'hui. Si un jour on m'avait dit que faire un bébé, c'était une si grande aventure, je ne l'aurai pas cru. Je trouve qu'on se sent souvent seule, même si nos compagnons nous épaulent. C'est difficile d'en parler autour de soi et d'être comprise. Alors j'espère que cet article en aura aidé certaines d'entre vous.

Si ça t'intéresse, dans le prochain article, je parlerai de mon premier trimestre qui n'a pas été de tout repos, même si, encore une fois, je m'estime très chanceuse de ce que j'ai vécu.

Merci de m'avoir lue !





Cet article n'est pas sponsorisé.

Tu aimeras peut-être...

13 petits secrets

  1. Ton article retrace un peu mon chemin qui a duré 3 longues années pour tenir ma fille Flora dans mes bras. La médecine nous a aidé et je la remercie car aujourd'hui j'ai la chance d'être une 2ème fois maman d'un petit Victor. Le plus dur est de n'avoir aucune cause médicale. J'ai comme toi pris de l onagre, gestuelle et fait de l'acupuncture.
    Un combat pour bcp d'entre nous.
    En tout cas, félicitations à vous 2. Hâte de lire la suite ����❤

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Loli, merci pour ton commentaire ! Félicitations pour tes petits Flora et Victor et bravo pour ton parcours qui n'a pas dû être facile. Merci beaucoup ! 🥰

      Supprimer
  2. Merci Agathe pour ton article, c'est très intéressant. Je te suis depuis l'époque ou tu faisais des vidéos sur youtube, je suis heureuse pour toi & Grégoire, encore félicitations :)

    Pour ma part, j'ai 29 ans, et j'ai toujours pensé que j'aimerais avoir mon premier enfant j'aurais 31 ans environ. Je veux régler certaines choses dans ma vie avant. Ça fait 11 ans que je prends la pilule et je pensais naïvement que dès que je l’arrêterai, tout irait très vite. Je ne m'étais encore jamais renseigné sur les essais pour faire un bébé. Je savais que certaines femmes malheureusement mettaient des années pour tomber enceinte mais je croyais que c'était plutôt rare. Quand j'apprends qu'en moyenne il faut 9 mois pour qu'un couple réussisse à procréer ça m'a étonnée. J'étais vraiment naive sur ce sujet.

    En sachant que ça va probablement mettre du temps avant que je retrouve un cycle naturel quand j'aurais arrêté la pilule, et qu'ensuite ça pourrait prendre des mois en plus pour réussir à ce que je tombe enceinte , je me dis qu'en fait il va falloir que je stoppe la pilule plus tôt que je ne le croyais. J’arrêterai probablement l'année prochaine je pense, mais je verrais tout ça avec mon médecin bien sur.

    On ne se connait pas mais je suis vraiment heureuse pour toi, j'espère que ta grossesse se passe bien et que tu n'as pas trop de nausées :) J'ai hâte de lire ton prochain article sur ton premier trimestre <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Beverly, merci beaucoup pour ton commentaire ! Il faut savoir que pour l'arrêt pilule, ça dépend vraiment des femmes. Certaines tombent enceintes dès le premier cycle suivant l'arrêt, d'autres ne vont pas retrouver de cycles avant plusieurs mois. Connaissant mes antécédents de cycles longs, j'avais arrêté la pilule en 2019 pour "nettoyer" mon corps des hormones et surtout voir comme il réagissait. J'en parle un peu dans cet article si ça t'intéresse : https://www.agathediary.fr/2021/02/arret-de-la-pilule-2-ans-apres.html. Dans mon cas, j'ai gardé des cycles très irréguliers malgré deux ans d'arrêt, mais ce n'est pas le cas de toutes les femmes. Le plus compliqué, c'est que justement, on ne peut jamais savoir. 😅 Merci beaucoup ! Les nausées ne sont calmées après le premier trimestre, j'en parlerai dans l'article. ☺️

      Supprimer
  3. Je me reconnais tellement dans cet article ! Essais bébé en novembre et enceinte en juillet. Ces mois m ont paru interminables et j ai fais 3tests de grossesse dans la matinée pour y croire ! Quelle aventure ! Aujourd'hui mon petit victor a 3ans et demi. Je te souhaite une belle grossesse et merci pour ce partage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Lucie, merci pour ton commentaire ! 😊 Ah la la, j'en ai utilisé des tests durant ces mois d'essai haha J'en faisais tous les jours après la fameuse barre pour voir si ça fonçait 😂Félicitations pour ton petit Victor et merci beaucoup ! 😊

      Supprimer
  4. Félicitations à vous deux ! Je te souhaite une très belle grossesse 😊

    Je me reconnais aussi dans ton article, j'ai mis 9 mois à tomber enceinte. Pile la moyenne mais 9 mois c'est très long quand on a envie de voir ce fameux +.
    Au début je ne me prenais pas la tête, je prenais juste de l'acide folique et je laissais faire la nature. Puis les mois ont passé et toujours pas de +, je ne pensais plus qu'à ça, ça en devenait une obsession.
    Finalement j'ai eu mon + 15 jours après le décès de mon papa. J'aime me dire que c'est lui qui m'a envoyé ce petit être 🥰.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Caroline, merci pour ton commentaire ! 😊
      Chaque mois négatif est vraiment une torture quand on attend ce plus qui tarde, quand je pense qu'on nous dit d'attendre 1 an avant de faire des examens! Je me dis parfois que c'est du temps perdu, surtout pour celles qui ont des soucis et qui ne le savent pas. Je suis désolée pour ton papa, je n'ose imaginer ta peine, mais la début de grossesse 15 jours plus tard a une très jolie signification. 🥰
      Merci beaucoup ! 😊

      Supprimer
  5. Félicitations à vous, plein de bonheur. J'imagine comme vous devez êtres contents <3

    Je connais cette attente et tout ce que tu as écris, on le vit avec mon copain depuis ce début d'année. 7 mois d'essai et toujours pas de + :(.

    On doute, on se rebooste, on en a marre, on se dit qu'on doit avoir un problème. Puis on nous dit que c'est normal, il faut en moyenne un an. Mais c'est compliqué et long...
    Effectivement, on peut se sentir seuls et impuissants face à tout ça. Mais d'un côté, ça me rassure de voir des gens comme nous, qui ont attendu et qui ont eu leur +, alors ça redonne un peu l'espoir et on espère avoir notre + bientôt aussi !

    Bisous et merci pour cet article qui montre une réalité qu'on est nombreux à vivre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Ophélia, merci beaucoup pour ton commentaire !

      Merci, oui nous sommes très contents 🥰
      Oh, je croise les doigts pour ton plus arrive bientôt ! 🤞Vous n'êtes pas seuls à vivre cela, c'est même plutôt une majorité, mais les gens n'en parlent pas. Courage à vous deux !

      Supprimer
  6. Félicitations à vous deux !
    Je comprends ces moments de doutes, la frustration, la peine...
    J'essaie depuis 11 ans d'avoir un enfant, oui 11 ans... Entre brutalités gynécologiques, les professionnels qui ne font pas l'effort de comprendre et les phrases du genre "bah ça viendra quand ça viendra" ou "bah c'est que le destin à décider que tu dois pas en avoir", je n'en peux plus...
    Ma seule solution, la FIV. J'en ai parlé à mon médecin généraliste, on met le protocole en place en début d'année prochaine, en espérant que cela fonctionne à un moment (car je viens d'avoir 38 ans et cela devient délicat).
    Félicitations encore, bien à vous :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou, merci beaucoup pour ton commentaire !
      11 ans ? Et aucun professionnel de santé ne vous a orienté avant ? 😣 C'est horrible de vous laisser dans cette attente. J'espère que ton protocole de FIV se passera bien et que vous aurez enfin ce joli plus. 🤞

      Supprimer
  7. Bravo pour votre combat et tellement contente pour vous. Pour ce bonheur qui frappe à votre porte !

    RépondreSupprimer